J-31 ~ D-31

English version is available in the following file: D-31

Tout est dans le titre. Pour en être convaincu, lisez ci-dessous :

Dans un mois, je vous écrirai de Montréal.

Voilà, c’est écrit. Cela étant dit, nous ne sommes pas vraiment avancés. Comme dirait l’autre (remplacer l’Europe par : Montréal, McGill, la 3A, le Québec, le Canada, le Nouveau Monde…) :

Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l’Europe ! l’Europe ! l’Europe !… mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien. (d’après Charles de G.)

Prendre les choses comme elles sont, donc pas de blabla stratosphérique. Où en suis-je ? (désolé de ne pas au pluriel « où en sommes-nous ? », mais pour l’instant c’est surtout moi qui suis concerné – à moins de vouloir m’aider dans ma recherche de logement…)

(Im-)Migration.

Restons simples : pour ne pas être renvoyé à l’entrée sur le territoire québécois/canadien, je dois prouver que je viens pour étudier au Québec, donc au Canada. Donc j’ai reçu une lettre de Montréal (où se trouve McGill University), j’ai envoyé une lettre à Montréal (le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles du Québec ne se trouve pas à Québec mais à Montréal), j’ai reçu une lettre de Montréal, j’ai envoyé une lettre à … Paris (où Citoyenneté Immigration Canada a établi un bureau des visas).

Et sinon, je connais mes déclinaisons latines, je ne mors pas les enfants à la pleine lune, je ne suis pas allergique au sirop d’érable ni aux fleurs de lys.

Et maintenant, j’attends une lettre venant de Paris, mais un mél envoyé par Citoyenneté Immigration Canada me dit que j’ai plutôt intérêt à imprimer et présenter ledit mél à l’aéroport de Montréal-Trudeau plutôt que d’attendre ladite lettre. Le petit oiseau étudiant – rappelez-vous, the migratory martlet – peut donc entrer dans le grand oiseau aéronautique prendre l’avion et passer la douane.

Mise à jour du 2 août : j’attends toujours ma lettre…

Image non contractuelle de l’avion que j’emprunterai pour voler de Roissy à Montréal-Trudeau…

Logement.

Le problème se posait dans les termes suivants : on campus ou off campus (logement en campus ou logement hors campus). Après plusieurs semaines mois d’hésitation, j’ai opté pour la solution qui semble la plus économe : la location ou la colocation en ville, hors campus (non pas que ce soit économe, mais les loyers des résidences à McGill ne ressemblent en rien à ceux du CROUS…).

S’ouvre donc une joyeuse période, pendant laquelle je déchiffre ad nauseam des petites annonces plus ou moins triées et pertinentes, je téléphone avec l’indicatif 001 514, j’envoie des emails avec une série de questions. Cette période ne fait d’ailleurs que commencer. Rien n’est réglé (mis à part mon refus de logement en résidence universitaire).

Je recherche une location ou une colocation avec d’autres étudiants (canadiens ou internationaux), si possible meublée,  avec le chauffage et l’eau chaude inclus dans le loyer, au Centre-Ville (autour de McGill, ou bien près de la place des Arts ou de Concordia University).

Santé.

J’ai rempli un formulaire au doux nom de SE 401-Q-106. Le recto a été rempli par Sciences Po. Après un vif débat entre futurs 3A, après avoir reçu une fin de non-recevoir à la LMDE de Paris, après avoir tenté en vain de prendre un rendez-vous au service des relations internationales de l’assurance-maladie à Paris, la CPAM de Versailles a daigné apposer son tampon sur le verso du formulaire.

Reste à obtenir la carte Soleil et je pourrai bénéficier du service public de santé au Québec. J’espère juste que ça sera plus simple que pour Astérix :

Mise à jour du 29 juillet : et la mutuelle complémentaire ??

Le reste.

Images explicatives fort éloquents, issues d’ « Au secours ! Je quitte ma mère ! » de Nicole Seeman.

Alimentation ? Si je me résous à cuisiner, je vous tiendrai au courant. Pour l’instant, je vis aux crochets n’ai pas quitté le nid de mes parents ; ça fait plus de dix-huit ans que ça dure ; les directives de ce livre qu’on m’a offert n’ont pas encore été mises en pratique. Mais je sais lire les dates limite de consommation, utiliser un four micro-ondes et préparer les légumes crus.

Finances ? C’est en cours, je vous tiendrai au courant. Il est vraisemblable qu’il faudra attendre que je sois arrivé à Montréal pour connaître le fin mot de l’histoire…

Transports ? Télécommunications ? Loisirs et sports ? Je vous tiendrai au courant.

Voilà les choses telles qu’elles sont (comme quoi je ne saute pas comme un cabri sur ma chaise). Comme vous l’aurez compris, vous aurez tous les détails le moment venu, espèce de voyeurs ! (je plaisante !)

PW

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s