Fin des midterms

Mes chéri-e-s !

Vous ne m’avez pas manqué. Avec tous ces examens de mi-semestre, il y avait largement de quoi faire, entre les mock exams de statistique et les livres entiers à lire (même si j’ai trouvé moyen de regarder des papillons invisibles). And if you want to read the post in English, click on End of midterms.

Donc les midterms, c’est fini depuis quelques heures. Voilà à quoi je ressemble maintenant :

Merci au blog « Chroniques diplomatiques »

Il ne s’agit pas ici de répéter l’article sur le premier midterm, mais d’actualiser.

  • Primo, j’ai toujours autant de mal avec la gestion du temps : je n’ai toujours pas assimilé que 1.5 heure = 80 minutes (et non 90 minutes). Ce n’est pas une excuse pour justifier mon incapacité à terminer les épreuves, mais ça compte.
  • Secundo, je dois avouer que j’ai quand même pris beaucoup de plaisir à réviser. Reprendre les mots-clés, mémoriser les mécanismes et balayer les textes sont des activités familières que je retrouve et qui me plaisent (même si j’ai aussi dû reprendre certains cours dont les notes n’étaient pas très complètes).
  • Tertio, je ne sais pas quelles sont les attentes des professeurs : entre l’instructor d’économie qui veut défendre sa réputation de correcteur sec, et le TA de politique étrangère qui a changé de ton (comprendre : il a commencé à corriger les copies), mes conclusions restent encore indéterminées.
  • Quarto, les amphithéâtres n’ont pas tous des tables, ce qui signifie que composer relève de l’acrobatie. Souvent, il y a une tablette latérale amovible, suffisante pour poser un stylo et un calepin, mais certainement pas une feuille 8″½ x 11″ (encore moins le sujet et la copie). Et même, un de mes midterms a eu lieu dans l’auditorium Redpath (cherchez l’erreur sur la photo ci-dessous). Toujours est-il que j’ai acheté un clipboard (i.e. une planche à pince).

Redpath Auditorium. Bien pour un hémicycle parlementaire, mais pour des examens il faudra se contenter des 5 cm de rambarde en bois.

Je suis donc soulagé d’un grand poids, même si j’ai déjà d’autres travaux qui m’attendent (dont un débat à préparer avec un trinôme sur la Chine en tant que (non-)menace pour la stabilité internationale).

Je profite de ce non-article pour dresser une liste non-exhaustive des articles à paraître. Dieu sait si ces articles auraient dû être publiés il y a un mois, mais les brouillons ne sont pas encore écrits (et que j’ai aussi envie de vivre ma 3A, pas que de la raconter) :

  • Découvrir Montréal. Ce blog ne deviendra pas un guide touristique, mais vous dire ce que j’ai pensé du RÉSO, de la Biosphère ou du festival des Lanternes devrait quand même vous intéresser. Pour votre bien, je tâcherai d’être concis.
  • Mes impressions du campus. Parce que si j’attends la fin de la 3A pour faire un bilan, l’article ressemblera à un mémoire de thèse, et j’aurai oublié mon étonnement devant le Lounge de la SSMU.
  • La bibliothèque. Ayant été vacataire à la bibliothèque de Sciences Po, j’hésite à envoyer une note à mes anciens responsables. Je prévois aussi de passer une nuit spécialement à la bibliothèque (même si mes révisions de cette semaine se sont déjà prolongées jusque tard en soirée).
  • La question linguistique. Parce qu’à Montréal, j’ai toujours l’impression de m’adresser à quelqu’un dans la mauvaise langue (sauf au quartier chinois, où je sais qu’il faut parler chinois).
  • L’identité canadienne. Non pas que je cherche à épuiser la question en un article, loin de là. Je ne ferai que répondre aux invitations de Théo et Adrien, deux étudiants en 3A à Vancouver, qui pensent que l’avis d’un 3A au Québec pourra être complémentaire au leur.
  • Point finances. Les 2A ont le droit de savoir combien coûtent la confiture de myrtilles bleuets et l’aspirine. En plus, maintenant j’ai enfin stabilisé ma situation bancaire (deux mois après mon arrivée, il était temps).
  • Point affectations. Ou comment atterrir à McGill en 3A, puisque la saison du remue-méninges bat son plein chez les 2A. Sachez toutefois que le sujet est extrêmement sensible, et que la DAIE surveille mon blog (si, si). Je ne sais pas encore en quels termes je traiterai ce sujet.
  • Mon voyage à New York. 3 jours pendant le week-end de Thanksigiving (= congé de l’Action de Grâce), « du Saint-Laurent à l’Hudson ». De la douane au subway, du Dunkins Donuts au siège de l’ONU.
  • L’eau gratuite. Ce n’est pas un rêve (ou alors un mauvais rêve).
  • La vie politique fédérale. Parce que je ne suis pas souverainiste et que j’essaie d’organiser une virée à Ottawa d’ici quelques semaines.
  • La commission Charbonneau. J’en ai déjà parlé en digressions (, et ), mais le sujet prend tellement d’ampleur dans l’actualité qu’il mériterait (au moins) un article de fond. On parle de maires ripoux, d’Italiens, de roses, de concerts de Céline Dion. Contentez-vous de ça d’abord :

Garnotte, La Presse, 2012

Enfin, n’ayant pas la télévision et l’internet ne se prêtant pas aux grands-messes audiovisuels, je n’ai regardé aucun débat présidentiel étatsunien. Mieux pire : je me désintéresse totalement de la campagne électorale aux États-Unis. Et ce, alors que l’an dernier, j’étais à l’origine d’une chronique radiophonique sur les primaires républicaines à Radio Sciences Po. Inutile de me blâmer, j’ai déjà assez honte comme ça.

PW

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s