Où manger à McGill

C’est sans doute une question sans intérêt que je traite ici ; mais le sujet m’a tellement malaxé la cervelle qu’il me fallait écrire dessus.

En apparence, manger à McGill coûte cher, si l’on s’en tient aux canaux officiels.
1) Avant d’arriver à Montréal, je pensais m’inscrire à un meal plan (i.e. un abonnement aux dining halls), pour me décharger du temps consacré à la cuisine, la vaisselle, les courses… (comme les 3/4 en CPGE). Leur coût m’a rapidement dissuadé. Il n’y a pas de « forfait illimité », tout achat de repas à la « cantine » est décompté, et le site internet calcule les coûts sur la base d’un repas qui coûte $10 (!). Bref, on se retrouve avec un plan annuel à $200 renouvelables (qu’il faut recharger lorsque tout a été dépensé), ou un plan semestriel… à $1300 minimum ! Les dining halls ne sont donc pas prêts de faire ma connaissance.
2) En arrivant à Montréal, j’ai constaté par moi-même la présence de food courts (avec cafés et/ou restauration rapide plus exhaustive… et même un bar à sushis) sur le campus, exploités soit par McGill Food Services, soit en concession : Tim Hortons, Subway, Second Cup, Pizza Pizza, La Prep, etc. La grille de prix est identique à celle qu’on trouve en ville, et autant dire que ça n’est pas donné : je donnerai l’exemple de la clémentine à $1 (+taxes) et du mini-sandwich à $6 (+taxes). Cependant, je n’ai pas de critique à faire sur la qualité de ce qu’on mange : Tim Hortons on campus = Tim Hortons off campus, mêmes pâtisseries et mêmes thés-cafés ; mais juste les mêmes prix.
3) On peut payer moins cher, mais cela requiert de manger moins / moins bien. L’Arts Undergraduate Society autogère un Snax, une sorte de « dépanneur » étudiant. On peut trouver un petit sandwich à moins de $4 ou une soupe instantanée à $1, mais nutritionnellement ça reste pauvre et on reste sur sa faim (au sens propre : la soupe au poulet contient de l’arôme de poulet). Ce n’est pas là qu’on prétendra avoir l’apport énergétique pour l’après-midi, comme quoi l’autogestion n’est pas toujours la solution.

Ne pas interpréter la taille des différents logos.

Ne pas interpréter la taille des différents logos.

En dépit de ces aspects peu réjouissants, il m’arrive de recourir à ces moyens de restauration (par exemple, quand il faut que je reste à la bibliothèque jusqu’à une heure tardive et que je ne peux pas m’imaginer commencer à préparer mon dîner à 23:30 chez moi…). Mais avec un budget « étudiant » (comprendre que moins je dépense et mieux je me porte), je ne peux pas me permettre de sortir un billet de $10 tous les midis pour des sushis !
En résumé, on pourrait penser que faire des économies sur les repas à McGill, revient à jeûner. Ce n’est pas tout à fait exact.

La free food (ou quasi-free food) est très facile d’accès. Au début de l’année, de très nombreuses associations étudiantes se font connaître en organisant des ventes de hot-dogs ou de hamburgers en plein-air. Avec l’hiver, on passe en intérieur, avec les samosas, cupcakes et autres délices qui assouvissent la faim, parfois gratuitement, toujours pour moins de $2. Je précise qu’il y a même un groupe Facebook pour la nourriture gratuite on-campus, un compte Twitter qui localise les distributions de samosas !
Et pour ceux qui ne savent pas ce que sont des samosas : je crois qu’il s’agit de tourtes fourrées à la pomme de terre et épicées.
Notez aussi que les événements de type conférence (ou même les réunions d’information) sont précédés et/ou suivis de buffets, toujours gratuits et plein de cookies, légumes à croquer voire de pizzas : souvenez-vous de la course d’orientation des bibliothèques ! Il y a certainement d’autres bons plans ; mais je ne les connais pas encore et les journaux étudiants (notamment le McGill Tribune) consacrent régulièrement des rubriques à cela.

Mes samosas, mes amours.

Parlons de la perle rare : the Midnight Kitchen !
Je détaille d’autant plus que j’ai entendu avec insistance qu’une cafétéria autogérée était en gestation à SciencesPo (la responsable du projet sera avertie de l’existence de ces lignes).
En voici les principes, du côté usagers : de 12:30 à 13:30, au 3ème étage du Shatner Building, un groupe d’étudiants volontaires sert des repas complets, chauds et végétariens. Les repas sont pay-as-you-can (gratuit ou don volontaire), il faut apporter ses propres container et cuterly (Tupperware et couverts).
Côté organisateurs, je crois savoir que c’est student-run, avec la volonté de proposer une alternative aux circuits agroalimentaires du capitalisme ; mais vous n’êtes pas du tout obligé d’adhérer à cet agenda anticapitaliste (la preuve ! j’y mange quand même !), ni de donner systématiquement (la preuve : je ne donne que par pennies ou pièces de ¢5). En toute logique, c’est organic quand ça peut l’être. Je ne sais pas comment ils trouvent autant de nourriture, surtout quand on devine que ça doit coûter nettement plus cher que les dons concédés par les étudiants : peut-être ont-ils des partenariats avec des agriculteurs ou commerçants locaux, ou bien sont-ils le débouché de la production du campus MacDonald (campus de McGill consacré aux sciences agricoles et forestières).
Ils disposent d’une cuisine au même étage, que j’ai fréquentée pour de toutes autres raisons : la SSMU y organise des cours du soir pour étudiants. La cuisine inclut une chambre froide ; en revanche je ne sais pas où se trouvent leurs réserves, car nous n’y avons rien trouvé hormis les ustensiles de cuisine (aux tailles très impressionnantes : de vrais chaudrons en guise de casserole !)
Vous allez me dire : c’est végétarien, on crèvera de faim des 15h. Faux : contrairement aux nano-sandwichs à $6, ces repas complets vous caleront jusque tard dans le soir ! Plus concrètement, il faut quand même faire la queue (arriver vers 12:00 est raisonnable) ; mais cela n’a pas du tout des airs de soupe populaire pour prolétaires, car les étudiants en parlent comme d’un lieu de sociabilité !

Le Midnight Kitchen, un jeudi vers 12h50. J'ai anonymisé les personnes qui figuraient de face sur la photo.

Le Midnight Kitchen, un jeudi vers 12h50. J’ai anonymisé les personnes qui figuraient de face sur la photo.

J’évoquais les cours de cuisine. La SSMU (Students’ Society of McGill University) propose à chaque semestre des miniCourses, l’équivalent des cours associatifs (mais non crédités), le soir. Parmi ces cours, on trouve des ateliers de cuisine, qui se déroulent en 5 sessions et au coût relativement modique. Ainsi, au semestre d’automne j’ai participé à « Mamma Italia – Italian Home-Cooking« , le jeudi soir. Notre enseignante, Teresa D., est Italienne d’origine et est employée administrative de l’université le jour.
Pour moi qui ne savais quasiment pas cuisiner en arrivant à Montréal, le début a été un peu difficile : préparer des plats relativement élaborés, avec des directives en anglais ! Le défi a été (bien) relevé, et j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver la demi-douzaine d’autres étudiants pour cuisiner les tomates, les zucchini, la pancetta, le basilic, le tout « avec amour et méthode/propreté ». (Cette cuisine végétarienne a vu passer beaucoup trop de viande, mais chut !)
En particulier, il y avait tant de nourriture à la fin, qu’il m’arrivait souvent de repartir du cours avec le sac chargé de Tupperwares pleins, voire de produits non entamés (que l’enseignante ne voulait pas ramener chez elle). Ne me sentant pas habilité non plus à publier les visages de mes camarades, j’ai procédé à des coupes brutales :

Leçon n°3 : rapini sauté, et gratins (de fromage et de pomme de terre) avec du poulet et du boeuf

Leçon n°3 : rapini sauté, et gratins (de fromage et de pomme de terre) avec du poulet et du boeuf

PW – The Migratory Martlet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s