Le début de la fin

◊ ÇA COMMENCE À FINIR. 

Hier après-midi, j’avais mon dernier final exam de ce semestre. Marquant ainsi la fin (universitaire) de cette troisième année. Et achevant, discrètement et officieusement, mon premier cycle d’études universitaires. Unofficially graduated, disent-ils ici.

Il va falloir commencer à penser sérieusement au retour. Tâche que je refuse, même si je n’ai pas vraiment le choix.

Déjà j’ai dû me résoudre à écrire le rapport de séjour. Essayer de synthétiser en moins de 30.000 caractères n’a pas été facile, surtout quand la 3A continue toujours (même si, pour moi, je pouvais déjà presque parler au passé, quand d’autres termineront leur 3A… en juillet, voire plus tard – coucou les Allemands). Ce rapport est terminé et seule la DAIE est souveraine pour décider de sa publication, mais je me suis dit que ces photos que j’ai insérées dedans résumaient bien les quatre saisons :

Les quatre saisons

Les quatre saisons (page 12)

De façon plus anecdotique, la 3A a aussi ressemblé à ça :

Si l’hiver s’est achevé il y a à peine trois/quatre semaines, l’été est déjà bien installé à Montréal. Le soleil et la chaleur semblent avoir pris leurs quartiers d’été dans cette partie du monde. Je prends mes repas sur les pelouses et terrasses (mais cherche les places sous l’air conditionné à la bibliothèque, d’où je vous écris). Ce qui m’amène à évoquer la jurisprudence Théo :

À Montréal, le printemps dure exactement 8 jours. Les dernières chutes de neige hivernales ont eu lieu il y a une semaine (12cm quand même) et aujourd’hui, je peux sortir en T-shirt (vive l’été !).

L’arrivée brutale de l’été n’est pas sans inconvénients. J’ai passé une partie significative de ma période de révisions à me promener un peu partout au soleil, pour rattraper mon retard en vitamine D (et ipso facto, en aggravant mon retard dans mes révisions d’examen…). Passons : maintenant il fait beau, j’aurai tout le loisir d’en profiter.

Mais avant de préparer tout retour, je vais aller prendre l’air (parce qu’autrement j’allais rester chez moi prostré à dormir et à laisser traîner la vaisselle). Donc les articles qui paraîtront dans les jours qui viennent sont des brouillons déjà prêts ; normalement leur publication est automatiquement réalisée à l’heure fixée. Ce n’est pas parce que c’est le début de la fin que la fin de ce blog est arrivée.

Pour ceux qui s’interrogent sur la (première) destination de cette promenade, j’évoquerai dès mon retour ce voyage. En attendant, voilà un (gros) indice :

PW – The Migratory Martlet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s